www.tek4life.eu

Tek4Life conçoit et organise

 

Les forums

 

 

 

 

L'événement

 

 

Des événementS sur
la comptabilité écologique

BOULIER6TGF

 

Par les temps qui courent, agir comme on parle !

masqueMahdi Bafande/UnsplashDans la vie, j’aime par-dessus tout savourer les itinéraires de mes amis, comme on touche un tissu. Sentir comment ça tient ensemble… par quelle couleur, quel mouvement, quelle aspiration ? Chez Henri Trubert, qui vient d’organiser, les 4, 5 et 6 juin, à Beaubourg « Le Parlement des liens », « parler juste» est une urgence. C’est avec lui que j’ai publié en 2010, associée à André Cicolella, le livre Alertes santé (chez Fayard) pour rendre témoignage aux lanceurs d'alerte (« whistleblowers »), ces gens qui sortent du rang pour dire une vérité souvent vitale mais… qui dérange.
 
Gagner la bataille du désir

Onze ans plus tard, l’homme qui dirige, avec sa femme Sophie Marinopoulos, la maison d’édition Les Liens qui libèrent, s’illustre comme un maître en « reliance ». A l’heure des transmissions on line et des débats cacophoniques, il choisit la forme de la conversation à deux et en présentiel, pour traduire l’époque et explorer les sillons du changement de repères. Un soin pour les mots qu’ont pu apprécier les 54 chercheurs invités pour ce « Parlement des liens », parmi lesquels Baptiste Morizot, Eloi Laurent, Vinciane Despret, Camille de Toledo (présent dans les dernières « Germinations » de TEK4life) ou Marine Calmet (qui était intervenue dans les « Semailles »). Cette famille, c’est clairement celle du vivant, de cette vitalité dont parle Alain Damasio dans un très bel article intitulé « On ne retrouvera l’envie de vivre qu’en renouant les liens au vivant ». Il s’agit de « gagner la bataille du désir », explique-t-il, et cela exige des mots neufs, non pas réactifs ou « deux fois négatifs » (qui activent le ressentiment) mais des mots-horizons. Damasio veut « empuissanter » ses lecteurs en activant des valeurs, des comportements inédits, des modes de perception rares…
 
Prouver les gains écologiques et sociaux du système productif

Un ouvrage collectif intitulé « Relions-nous ! La Constitution des liens, L’an 1 » a été publié pour rassembler ces voix dans une polyphonie de propositions concrètes. Je retiens celles d’Eloi Laurent et Jesabel Couppey-Soubeyran pour mettre l’économie en société, en la branchant sur les aspirations des étudiants, sur l’utilité sociale et sur le temps long. On notera que Gaël Giraud propose de « réécrire les documents comptables à l’aide desquels sont pilotées nos entreprises de manière à faire apparaître des actifs et des dettes écologiques qui permettront de fournir des incitations nécessaires pour que le secteur productif accélère enfin la transition écologique ». Dans le livre qu'il publie avec Felwine SarrL’économie à venir – Gaël Giraud insiste : « En réalité, nous sommes dans des économies de la mal-croissance, fondées sur un faux système comptable qui omet de comptabiliser ses vrais coûts et nomme inadéquatement ses actifs et ses passifs (…) Une économie du vivant serait fondée sur une réévaluation de l’utilité de tous les secteurs de la vie économique au regard de leur contribution à la santé, au soin, au bien-être, à la préservation du vivant et à la pérennisation de la vie, à la cohésion sociale. »

L’économiste et prix Nobel Jean Tirole est-il en train d’adopter cette vision quand il pointe les défaillances de l’économie de marché qui génère inégalités et destruction de l’environnement. Rien n’est moins sûr car, lors du Sommet « Sauver le Bien commun » (les 27 et 28 mai 2021), il a alerté mais sans proposer de rupture dans les pratiques économiques.
 
Informer sur les risques climatiques et écologiques

Pourtant, l’effort des multinationales au sortir de la pandémie est sollicité plus que jamais : le G7 Finances vient de valider un taux mondial d’impôt sur les sociétés d’au moins 15%. Cet accord, qu'il faut encore confirmer, pourrait permettre de lutter contre l’évasion fiscale et de rééquilibrer la fiscalité face aux Gafam. Par ailleurs, les Nations du G7 ont décidé de rendre obligatoire la production de rapports sur le climat, conformément aux recommandations du Groupe de travail mondial sur les informations financières liées au climat (TCFD). Un accord au niveau du G20 est attendu d’ici la COP26 à Glasgow, début novembre prochain.

Le G7 a aussi salué le lancement vendredi 4 juin du Groupe de travail sur les divulgations financières liées à la nature (TNFD), qui a pour objectif global d'aligner les rapports d'entreprise et les dépenses financières pour atténuer les risques liés à la nature. Ce groupe, qui rassemble plusieurs dizaines d’organisations, a publié un rapport qui présente les perspectives de cette prise en compte des risques écosystémiques.
 
Les contributions de TEK4life

L’Alliance ComptaRegeneration de TEK4life a justement consacré ses deux dernières sessions à cerner comment traduire comptablement l’état fonctionnel des écosystèmes naturels en récoltant les expertises variées de :

Joël Houdet, de l’Endangered WildlifeTrust, et Fabien Quetier, directeur d’études spécialiste de la gestion des écosystèmes chez Biotope), tous deux actifs au sein du Biodiversity Disclosure Project.
Juliette Pugliesi, responsable du Capital Naturel, WWF France.
Stéphane Trébucq, titulaire de la Chaire sur le capital humain et la performance globale (Fondation Bordeaux Université).
Alexandre Rambaud, de la chaire de Comptabilité écologique (AgroParisTech, Univ. Paris Dauphine, Université Reims Champagne-Ardennes) à propos de la déclaration de performance intégrée.
Thomas Bouix, chef de l’équipe « Centre de données et de services », de l’Unité UMS Patrinat (OFB, CNRS, MNHN).
Oskar Lecuyer, économiste du climat et de l’environnement à l'Agence française du développement (AFD), au sujet de l’outil ESGAP (Environmental Sustainability GAP).
Julien Calas, expert recherche biodiversité de l’AFD, pour présenter Le petit livre de l’investissement pour la nature.
Béatrice Michalland, sous-direction de l’information environnementale, Service des données et études statistiques (SDES) du CGDD au MTE.
Célia Chamillard et Eliette Verdier, de I Care&Consult.
Valérie Tiersen, fondatrice de Green Score Capital.
Depuis le début d’année, deux sous-groupes d’expérimentation d’une comptabilité écologique ont émergé, le premier sur la comptabilité agricole et les pratiques régénératrices (associant Danone, In Vivo et Cerfrance), le second sur la comptabilité de l’économie circulaire et des déchets (associant Veolia, Citeo et RSM).

TEK4life proposera en septembre divers parcours (séminaires) à l’adresse des dirigeants qui veulent développer des modèles d’affaires écocompatibles.

En conclusion de cette missive, je voudrais partager cet éloge de la douceur dans la parole, faite par Montesquieu dans Défense de l’Esprit des lois, et citée par Alain Supiot en préface du dernier livre de Gaël Giraud : « On peut avoir remarqué, dans les disputes et les conversations, ce qui arrive aux gens dont l’esprit est dur et difficile : comme ils ne combattent pas pour s’aider les uns les autres, mais pour se jeter à terre, ils s’éloignent de la vérité, non pas à proportion de la grandeur ou de la petitesse de leur esprit, mais de la bizarrerie ou de l’inflexibilité plus ou moins grande de leur caractère. Le contraire arrive à ceux à qui la nature ou l’éducation a donné de la douceur : comme les disputes sont des secours mutuels, qu’ils concourent au même objet, qu’ils ne pensent différemment que pour parvenir à penser de même, ils trouvent leur vérité à proportion de leurs lumières. »