www.tek4life.eu

Tek4Life conçoit et organise

 

Les forums

 

 

 

 

L'événement

 

 

Des événementS sur
la comptabilité écologique

BOULIER6TGF

 

Les GERMINATIONS pour bifurquer : rendez-vous les 24 et 25 septembre

Logo Germinations 800px« La valeur va changer dans le monde post-covid » assurait Mark Carney le 16 avril dans The Economist. Ces dernières années, l'économie de marché est devenue la société de marché. Le virus pourrait inverser cette tendance. » L’ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre, devenu envoyé spécial de l’ONU pour le climat considère que « les moteurs traditionnels de la valeur ont été ébranlés, de nouveaux prendront de l'importance et il est possible que le fossé entre ce que les marchés valorisent et ce que les gens apprécient se referme ».

Ecologie et responsabilité : des tremplins pour demain

Kroll LeSoirKroll, Le Soir, 12 décembre 2019 - https://pierrekroll.art/« Je me demande ce que nos descendants penseront des hommes que nous avons été. Quelle image ils se feront de cette époque où la vie, comme une vague, s’est retirée du monde. Ils découvriront sans doute que nous n’avons pas été plus héroïques que d’autres, que nous nous sommes débattus, que nous fûmes à la fois sublimes et minables », écrit Leïla Slimani dans son « Journal du confinement ». Effectivement, l’histoire jugera sans doute qui fut sublime ou minable, mais on peut déjà observer que beaucoup de femmes et d’hommes « se débattent » en proposant leurs visions d’un « monde d’après » qui dépasserait les turpitudes du monde présent. Les tribunes, analyses, manifestes, pétitions s’accumulent. Ils témoignent d’une belle vitalité du débat public. En même temps, ce foisonnement nous désoriente tant il faut un effort de lecture et de synthèse pour tout lire, tout comprendre.

Quand un virus produit le « reset » du monde

Virus 250pxIl aura fallu simplement quinze gènes pour détourner le cours de l’histoire mondiale. Quinze, c’est en effet le nombre de gènes que renferme le virus Covid-19. Soit 2 000 fois moins que notre lot héréditaire humain ! Et pourtant la minuscule entité virale « couronnée » a réussi à pirater la santé des hommes, leurs capacités d’interagir, leur économie. Elle induit une déconstruction générale. Une sorte de « reset ». Mais comment allons-nous redémarrer ? Et avec la même « machine », ou faut-il en changer ?

 

Confinés dans nos foyers devenus « bases de survie », nous voici en suspens. Estomaqués. Qui eût cru il y a seulement quinze jours qu’une telle bascule pouvait s’imposer à nous ? Et puis il y a ceux qui affrontent l’épidémie, les malades, les soignants, les morts… le tsunami infectieux est brutal. Non anticipé véritablement car nous n’avons pas encore réalisé que la Chine est à notre porte, que la globalisation confond les espaces, prend de vitesse les apprentissages immunitaires et les barrières que façonne avec le temps la vaccination naturelle.

 

L'économie écologique, entre prix juste et juste prix

Ce 22 mars 2020, un milliard d'êtres humains sont « confinés » en leur lieu de vie. Face à la perception d'un danger de mort individuel et collectif émerge un « universel » inconnu à l'ère contemporaine où des comportements identiques aux mêmes moments et en des lieux différents sont inspirés par l'idée de la valeur. Celle du prix de la vie, en l'occurrence, est impossible à « assurer » parce que le risque encouru à ne pas la protéger est estimé infini en rapport à son bénéfice. Voilà donc une situation extraordinaire où la valeur soumet tout objectif, où la finalité soumet tout moyen. Toute transition est amenée à connaître un tel déséquilibre! Ainsi, la transition écologique va-t-elle modifier la tension entre économie et écologie en « revalorisant » ce à quoi l'on tient, vous, moi, les autres, et le monde! Dans ces nouvelles représentations, la notion de prix sera alors réinterrogée, comme un instrument sans foi ni loi, toujours calculant mais... qui reprendra du sens, voire de multiples sens. La question du « prix juste » et du « juste prix », qui revient régulièrement dans l'actualité, illustre cette dynamique.

 

Juste prix
Dans une récente interview1, Emmanuel Faber, le P-DG de Danone, estime que les intérêts des grands groupes doivent s’aligner sur ceux des citoyens et de l’environnement ; et que c’est la condition même de leur pérennité. Aussi, le sujet n’est-il pas « croissance contre décroissance », mais bien celui d’une « autre croissance ». Généralisant son raisonnement, il conclut ainsi : « Nous devons mesurer la croissance avec d’autres externalités, en intégrant par exemple les émissions de CO2 au calcul du PIB. Et payer le véritable prix de l’alimentation. Il est clair aujourd’hui que les modèles financiers ne le permettent pas, mais nous le ferons. C’est un travail de longue haleine et de transformation de tous les jours. »

Comment soutenir la reconversion écologique de nos activités industrielles ?

avionsLa pandémie confronte le monde économique déjà malade à des défis vertigineux. Alors que les entreprises se mettent « en mode survie », certaines annoncent déjà des catastrophes. Les compagnies aériennes par exemple ont fait savoir, par l’Association internationale du transport aérien, qu’il leur faudrait 200 milliards de dollars pour se relever de la crise virale. Est-ce vraiment raisonnable d’imaginer repartir comme avant quand on est un des plus gros émetteurs de CO2 ?, interroge Eric Vidalenc, économiste à l'Ademe, sur Tweeter. « Faut-il remettre une pièce dans la machine fossile ou considérer certains actifs échoués, définitivement échoués, dans un monde de neutralité carbone, et remettre cette pièce ailleurs ? » Dans un article du Point, le géographe François Gemenne souligne que « l'État va devenir un planificateur économique et investir des centaines de milliards d'euros. Il pourrait saisir l'occasion pour aller vers une économie décarbonée. Est-il utile de sauver toutes les compagnies aériennes, notamment low cost ? »