www.tek4life.eu

Tek4Life conçoit et organise

 

Les forums

 

 

 

 

L'événement

 

 

Des événementS sur
la comptabilité écologique

BOULIER6TGF

 

La convivance ou le difficile apprentissage de la vie avec les con-s

 

Chronique numéro 2, après les Germinations

 

 

Par Olivier Turquin, écosociologue

 

quino unsplash 350Crédit : Quino Al/UnsplashLors des Germinations, nous avons beaucoup utilisé les mots avec des préfixes en re- et dé- ainsi qu’en bio- ou éco-, voire en anti- ou inter- mais c’est le préfixe con-, et toutes ses déclinaisons (co-, col-, com-), qui décroche haut la main la première place. Ce préfixe fréquemment utilisé en français vient de cum qui signifie avec et ensemble en latin. Et aux Germinations on est très con-.

 

Les forces du con-tradictoire

 

Damien Deville, anthropologue et coauteur de Toutes les couleurs de la terre, résume en quelques mots cette affinité pour le « penser et faire avec et ensemble » qui semble partagée entre les germinateurs. Pour lui, il nous faut « penser notre interdépendance, notre vulnérabilité, notre besoin de lien car les humains vivent nécessairement par, pour et avec les autres ». Notre usage des mots à préfixe con- a été particulièrement fréquent  : coalition, commun(s), conciliation, concept, connecter, coexistence, cohérence, concerné, concevoir, conscience, conclusion, consensus, construire, contrat, confiance, confronter, contourner, contribution, constellation, convention, convaincre, concerter, converger, convivial, concurrence, conciliable, complexe, comprendre, compatible, comportement, compétence…et j’en oublie.

Plaidoyer pour une « vie vraie »

 

Par Olivier Turquin, écosociologue

 

 

Je n'ai pas participé aux Semailles d’octobre 2019. Je n'ai pas non plus vécu l'impatience inquiète de la période de dormance : ça va germer... ou pas ? J'ai rejoint l'aventure pour assister aux Germinations des graines les plus vigoureuses, les mieux soignées peut-être ou celles qui ont rencontré les conditions adéquates pour germer. Peu importe.

 

Faux naïf (je n'ai plus l'âge), mais vrai curieux (y a pas d'âge), je me suis laissé étonner par ce qui advenait devant moi.

 

Premier étonnement, j'ai constaté rapidement que je n'étais pas seul, en ces temps troublés, à douter de tout ou presque, à commencer de moi-même. Notez que je m'en doutais un peu, je n'étais pas là complètement par hasard, asinus asinum fricat. Mais quel réconfort !